6 faits amusants sur la Martinique gourmande

Démarré en 2008 à Montréal mais fraîchement débarqué à Québec, le festival Martinique Gourmande promet d’apporter une dose de chaleur et de saveur du 14 au 24 septembre prochain.

J’ai eu le plaisir d’assister au lancement de la programmation, qui s’est déroulé lundi chez Ateliers & Saveurs, transformé en îlot tropical pour l’occasion.

Tandis qu’une quarantaine d’établissements de Montréal proposeront au grand public des plats ou cocktails inspirés des plus belles saveurs martiniquaises, la première participation de Québec sera plus modeste, avec sept participants, surtout du côté mixologie.

La brasserie française chez Jules a décidé de s’impliquer à fond et de donner le ton en créant un menu trois services assorti d’un cocktail signature. Pour avoir goûté à tous les éléments, du duo de boudin en passant par le mahi mahi sur riz créole avec sauce chien (voir le fun fact no. 5 pour en apprendre plus!), et le dessert à la noix de coco et à l’ananas flambé au rhum agricole, j’ai apprécié l’effort d’authenticité déployé par ce restaurateur.

Remarquez, je ne suis jamais allée en Martinique alors il ne m’appartient sans doute pas de juger de ce qui est authentique et de ce qui ne l’est pas… Mais le lancement de la programmation m’a quand même permis d’apprendre plusieurs choses intéressantes sur ce paradis sur terre surnommé l’Île aux fleurs… Alors j’ai pensé partager mes découvertes avec vous!

1- Les Québécois sont un petit peu obsédés par la Martinique

16% du tourisme « hors France » de la Martinique (un département français, il faut le souligner) provient… du Québec! Eh oui, nous avons un faible pour cette île des Antilles, peut-être sommes nous spontanément appelés à aller serrer la pince à nos distants cousins.

2- Les Martiniquais sont un petit peu obsédé par le rhum

En 1767, la Martinique comptait 450 sucreries-distilleries et en 1870, la canne occupe 57 % des surfaces agricoles de la Martinique. Même si la situation a évolué depuis, le rhum agricole AOC de Martinique possède sa propre appellation d’origine contrôlée depuis 1996.

D’ascendant français, ce style de rhum est fabriqué à partir de la fermentation et de la distillation de jus de canne, le vesou. (Par opposition, le rhum industriel est pour sa part fabriqué avec de la mélasse, un sous-produit du sucre).

3- Il existe du rhum de Trois Rivières!

Fondée en 1660, la plantation Trois Rivières est située dans le quartier Trois Rivières à Sainte Luce, tout au sud de l’Île. Pour avoir goûté à deux de leurs produits lors du lancement, je peux vous dire que leurs 350 années d’expérience en fabrication de rhum agricole produisent un résultat fort intéressant. J’ai particulièrement aimé ce rhum ambré au nez très gourmand qui m’a rappelé qu’il n’y a pas que le gin dans la vie.

 

4- Les Martiniquais déjeunent « féroce »

Grâce à une démo culinaire, le chef martiniquais Guy Ferdinand a présenté un plat typique qui se mange à toute heure du jour, mais en particulier par les travailleurs agricoles avant une longue journée dans les plantations. Un genre de guacamole raffermi avec de la farine de manioc et enrichi de morue salée, il se présente sous la forme de boulettes hautement nutritives.

Pourquoi leur donner un nom aussi mordant, alors? La mixture des féroces est rehaussée de jus de piments frais écrasés au mortier. Si le petit côté épicé n’est pas apparent au premier contact, une belle chaleur se développe en bouche… Selon Guy, la meilleure (la seule?) manière d’éteindre l’incendie est de prendre un petit « punch » (prononcer « ponche » pour passer pour un local.)

Chef Guy Ferdinand en train de préparer des « féroces » sous l’oeil attentif des participants au lancement de la programmation du festival Martinique Gourmande.

5- Aucun chien n’est tué pour réaliser la sauce chien (dieu merci)

Condiment antillais incontournable, la sauce chien consiste en un mélange d’aromates (ex: ciboulette, persil) rehaussé de citron vert et de piment. Il accompagne à merveille viandes, poissons et crustacés. Son nom proviendrait du « couteau chien » employé pour couper les ingrédients, et qui donnerait à la sauce son goût si particulier.

6- Vous pouvez voyager en Martinique pour 37,90$

Bon, ce n’est peut-être pas totalement exact, mais si un voyage en Martinique ne fait pas partie de vos plans immédiats, la compagnie québécoise « Food trip to » vous propose de mettre la main sur une de ses boîtes gourmandes 100% foodie sur la thématique martiniquaise. Des produits, des fiches recettes, des activités à réaliser et une trame sonore vous attendent pour réaliser votre soirée antillaise à la maison.

Vous risquez de m’entendre parler à nouveau de Martinique dans les mois à venir, puisque j’ai eu la chance de remporter un séjour à l’Île aux fleurs!!! D’ici là, je vous invite à profiter du festival pendant qu’il fait escale chez nous. 🙂

, , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire