Ambigu à l’Îlot des Palais

« Ambigu », c’est le nom que portaient les cocktails dînatoires organisés par les intendants à l’époque où le Québec était toujours une colonie française. Je vous en apprends une, n’est-ce pas? Pour ma part, c’est lors d’un point de presse organisé mardi par l’Îlot des Palais que je me suis familiarisée avec le terme, et avec ce qu’il allait désormais signifier pour ce riche site patrimonial de Québec.

L’Îlot des Palais, ainsi nommé en raison du fait qu’il a été le lieu de résidence de plusieurs intendants, dont Jean Talon à compter de 1665, est l’un des sites historiques les plus riches du Québec, notamment en raison des différentes occupations successives de l’espace, qui a aussi été une prison, une baraque, une fabrique de potasse et le site de la brasserie Boswell, puis la Brasserie Dow pendant 120 ans.

Site de prédilection pour les étudiants d’archéologie de l’Université Laval, l’espace a été plus ou moins laissé à l’abandon, puis envisagé pour un projet de développement majeur par feue la Mairesse Boucher, avant qu’une partie soit restaurée par l’administration Labeaume au coût de 3,5 millions de dollars. Bien que l’espace soit accessible au grand public depuis le 3 juillet dernier après près de 2 ans de travaux de réfection, la directrice de la Société du Patrimoine urbain, responsable de la gestion de ce lieu patrimonial, s’est donné la mission d’en favoriser le rayonnement et la reconnaissance en instiguant des activités culinaires, avec la visée « de rendre l’histoire vivante et accessible. »

Son choix s’est porté sur le développement du concept « d’ambigus brassicoles », une célébration de l’histoire du site. En collaboration avec la Barberie et MIÜM, l’îlot du Palais recevra désormais les groupes intéressés à vivre une expérience muséale doublée d’une exploration épicurienne. L’activité, d’une durée de deux heures, permettra aux participants de déguster des bouchées inspirées de la nourriture servie à l’époque des intendants grâce à une collaboration avec un historien de l’alimentation.

Au menu, quelques créations culinaires de la Chef co-propriétaire de MIÜM, Marie-Michelle Dugal, dont un sablé à base de parmesan. À ma grande surprise, et la vôtre sans doute, ce fromage noble était importé d’Europe pour la table de l’Intendant et de ses invités. Chef Dugal a d’ailleurs eu la gentillesse de me laisser photographier ses notes de travail découlant d’une rencontre avec l’historien de l’alimentation Yvon Desloges, lequel lui a permis de circonscrire avec quels aliments elle pourrait se permettre de travailler pour développer le concept d’ambigu brassicole.

Ingrédients disponible au temps des Intendants

Melon, amandes et piment d’Espelette figuraient parmi les ingrédients consommés à la table des Intendants, mais il vous faudra prendre part aux ambigus brassicoles afin de découvrir lesquels Chef Dugal a choisi d’incorporer dans son menu.

Des bières brassées par la Barberie seront servies en accord, dont une exclusivité très ludique : une recréation, à partir de recettes écrites et transmises, de la fameuse bière Boswell jadis fabriquée sur le site.

Bouchée ambigue à l'Îlot des Palais

En plus de déguster les quatre bouchées et leurs accords, les participants exploreront au cours des 2 heures que dure l’activité l’histoire du site, grâce à des activités d’interprétation.

Art de la table

Avec une très longue histoire d’occupation du site et les fouilles archéologiques soutenues, de nombreux artefacts culinaires et restes alimentaires ont pu être mis à jour, riches témoignages du style de vie des occupants à chaque époque.

Le concept vous intéresse, mais vous n’êtes pas « un groupe? » Ne ratez pas votre chance de prendre part à l’activité le 14 novembre prochain, puisqu’elle sera offerte au prix de 45$ tout inclus, via le site de l’Îlot des Palais. À surveiller également, l’ambigu coquin prévu pour le 14 février 2015 et le carnavalesque, qui entretiendra certainement les rondeurs de Bonhomme.

Qui aurait cru qu’un espace muséal puisse être aussi gourmand?

, , , , , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire