Battuto: la naissance d’un petit géant

Le seuil à peine franchi, je suis tombée en amour. Violemment.

Battuto, c’est le coup de foudre garanti pour la fourchette gourmande en quête de vrai. Le micro-restaurant ouvert le 30 décembre dernier sur Langelier sous l’impulsion de Chef Guillaume St-Pierre compte une trentaine de places. L’espace a été aménagé avec goût et sobriété, sans artifice, et pour cause: le clou de spectacle n’est pas suspendu au mur ou au plafond…

Poussant à l’extrême le concept de cuisine ouverte, cette dernière a été aménagée en plein milieu de l’espace et enlacée d’un comptoir en bois. Les clients qui s’y attablent se retrouvent donc aux premières loges du spectacle offert chaque soir par Guillaume et son bras droit Paul.

Un poisson dans l’eau, Guillaume St-Pierre n’hésite pas à interagir avec les convives et avoue apprécier l’interaction. Ici, il m’explique qu’il est dans la « cachette » présentement, plusieurs de ses assiettes étant dressées avec des garnitures qui masquent les éléments principaux situés juste en dessous. Une phase? À suivre!

Au menu, une nourriture d’inspiration italienne, où une certaine mesure de rusticité cohabite avec l’élégance décomplexée du chef, dont le style actuel est marqué par le contraste des goûts et des textures, qui s’allient pour former un tout harmonieux, sans être ronflant. Arancini, vitello tonnato, carpaccio, pieuvre braisée, crudo, gnocchi (à la farine de châtaigne SVP!), ravioli, boulette de viande, pâtes, tiramisu à partager, les grands classiques juste bien (ré)interprétés rivalisent pour la faveur des clients.

Déjà alléchante, la proposition culinaire est encore rehaussée par l’audace de tout faire maison: de la focaccia aux charcuteries. Je frémis à la pensée que Guillaume et Paul se partagent le formidable travail de mise en place nécessaire pour exécuter la vision, ambitieuse en dépit de son apparente simplicité.

Cette savoureuse entrée d’aubergine servie avec une ricotta crémeuse au citron et un crumble de peau de poulet avait de quoi faire tourner la tête!

L’exécution est irréprochable, les saveurs, précises et généreuses, l’ambiance, intimiste, les échanges avec l’équipe et les autres convives, divertissants, les arômes, affolants, les vins, intéressants, les prix, amicaux… Aucune fausse note (ce qui est quand même assez spectaculaire à moins d’une semaine de l’ouverture) et presque rien à peaufiner, si ce n’est que le style des cocktails, peut-être un brin trop austère, et la présentation des plats de pâtes, qui, bien que parfaitement exécutés, tirent sur le brun et le gris.

Maintenant, Québec, je dois te parler dans le casque. Battuto est l’une des plus excitantes ouvertures en restauration dans notre capitale ces dernières années. Sa beauté principale réside dans son audace: le refus du modèle typique « bistro » qui caractérise notre ville. L’identité est claire, le produit, ciblé, et la voix du chef, favorisée par la proximité avec le mangeur, un véritable cor de chasse.

Malgré ses forces, Battuto devra surmonter ses vulnérabilités. L’adresse n’étant pas située sur une artère commerciale, le nombre de places étant restreint, les heures d’ouverture contenues au soir, les réservations, limitées à deux créneaux, ce sera au client de faire preuve d’un peu plus de souplesse, de pas mal de curiosité et de beaucoup de fidélité.

Québec, je compte sur toi pour permettre à ce petit géant de se tailler une place durable sur notre scène et contribuer à son évolution. Je lui souhaite donc de devenir très rapidement le secret le moins bien gardé de 2017. 🙂 Je me promets pour ma part d’y retourner très bientôt, pour commander tout ce que je n’ai pas pu essayer à la première visite!

Battuto

527, boulevard Langelier

(418)614-4414

 

Également animée par le thème de la « cachette » la typographie de Battuto sur le menu en cuir m’a arraché un large sourire.

 

 

 

 

 

, , , , , , , , ,

2 Responses to Battuto: la naissance d’un petit géant

  1. Fanny 01/23/2017 at 2:34 #

    Hélo!

    J’avais déjà envie d’aller découvrir Battuto, avant qu’il n’ouvre, avant que tu en parles. Mais, après ce texte, je bave d’envie.

    Tu me manques!

    Fanny
    xx

    • Foodista 01/24/2017 at 12:01 #

      Fanny! :)) Tu me manques aussi!! Fais-moi signe, et on soupe chez Battuto!! xox

Laisser un commentaire