Chartier sur les tablettes des IGA dès aujourd’hui

Enfin, ce n’est pas exact: Chartier n’est pas à vendre, mais sa nouvelle gamme de vins conçus pour la table,  Les Vins Harmonies, fera tout de même une entrée fracassante dans quelques centaines d’épiceries partout au Québec. Et si j’avais à résumer l’opération en une phrase, je dirais que les sceptiques seront confondus.

En octobre 2013, François Chartier sautait la clôture et devenait lui-même négociant de vin plutôt que simple critique œnologue. Sa gamme de vins Chartier Créateur d’Harmonies a reçu un accueil chaleureux dans les SAQ, où plus de 16 000 caisses se sont écoulées en moins d’un an. Son rosé, introduit en mai, a particulièrement ravi le grand public.

Un vin restant un vin, l’innovation de François Chartier a été de guider les consommateurs en les prenant par la main afin de faciliter le processus d’accord entre nourriture et alcool. Chacune de ses bouteilles propose une zone de confort harmonique avec plus d’une quinzaine d’ingrédients, qui, incorporés dans la recette visée, favorisent, voire garantissent un arrimage réussi.

Lorsque la chaîne d’épiceries IGA a approché l’homme pour l’inviter à développer une nouvelle gamme qui lui serait dédiée, François Chartier dit avoir été attiré par le défi, mais avoir vécu beaucoup de nervosité également. Pas question pour lui de faire des compromis en matière de qualité par rapport à son offre en SAQ. Avant de s’engager, il a commencé par étudier toute la chaîne de production, de la culture à l’embouteillage (qui se fait au Québec par la renommée Maison des Futailles et non en Europe). Aucun aspect n’a été négligé, de l’évaluation du transport transatlantique en flexitanks, en passant par les tests en laboratoire et les dégustations à l’aveugle. Ce n’est qu’après avoir tout analysé qu’il en est venu à constater qu’il serait effectivement en mesure de livrer la marchandise.

François Chartier présentait mardi dernier à Québec, au Château Frontenac, le fruit de son labeur: deux rouges et un blanc reprenant la même philosophie que celle de la gamme Chartier Créateur d’Harmonies, mais adaptés aux réglementations spécifiques à la vente en épicerie. Sur les bouteilles, aucun millésime, ni appellation d’origine contrôlée. Les étiquettes, elles, annoncent les accords avec des mots tracés à la craie sur un fond graphite plutôt qu’une iconographie représentant les aliments ciblés.

IMG_1415

Au-delà du packaging soigné, c’est le contenu des bouteilles qui réserve la plus belle surprise. Les trois nouveaux vins de Chartier sont non seulement accessibles, chacun se démarque par une franchise rafraîchissante des notes aromatiques et un fort potentiel de résonnance harmonique, comme l’aura démontré Stéphane Modat avec les bouchées qu’il a proposées en accompagnement.

La Pêche Mignonne

Il y a d’abord La Pêche Mignonne, que Chartier qualifie de « blanc pour amateur de rouge », à la fois sec, frais, gras et minéralisant. (16,65$)

 

Le Clou de Basile

Le futur meilleur ami de vos bouffes italiennes, Le Clou de Basile est un vin expressif et texturé, mais sans agressivité, qui fait bon ménage avec la tomate, le basilic et la mozzarella. (17,55$)

J’ai particulièrement craqué pour l’Olivier d’Anis, un assemblage grenache-syrah-mourvèdre, aux arômes assumés de poivre et d’anis étoilé. Peu tannique, délicat et gouleyant (c’est pas tous les jours qu’un vin m’inspire ce qualificatif), il se prête aux accords avec l’olive noire, l’agneau, la viande fumée, le thym, de nombreux légumes racines rôtis, le fenouil et bien d’autres. Pour ma part, je vois un grand potentiel d’arrimage entre cette bouteille et de nombreux mets asiatiques relevés d’anis étoilé. Puis je ne vous cacherai pas qu’à ce prix-là, j’en ferai aussi un vin de soif qui se tiendra compagnie à lui-même comme un grand.

Olivier d'Anis

Un vin français qui n’a pas été soumis à un élevage en fût, l’Olivier d’Anis est un rouge à la fois léger et complexe. Encore! Encore! (17,55$)

Lors de la période des questions, je n’ai pas pu résister à la tentation de poser LA question qui tue à l’homme d’affaires: avec de si bonnes bouteilles en épicerie, se fera-t-il concurrence à lui-même? J’ai été surprise d’apprendre qu’environ le tiers des Québécois n’achètent leur vin qu’en épicerie, un marché à conquérir… Et puis François Chartier a aussi évoqué en rafale quelques arguments bétonnés: ses vins seront désormais accessibles à des heures où les points de vente des SAQ sont normalement fermés, sans parler de la facilité accrue de magasiner des ingrédients pour aller avec le vin… ou le vin pour aller avec la recette sans faire un arrêt de plus pour avoir la garantie d’un produit de qualité.

Les vins d’épicerie n’ont pas toujours la meilleure des réputations, mais avec une offre aussi solide, François Chartier espère qu’il contribuera à changer la donne. Un seul homme peut-il relever pareil défi? Seul l’avenir nous le dira, mais si les paris étaient ouverts, je miserais gros sur lui.

Si l’envie vous en prenait, sachez qu’il y aura une promotion spéciale en vigueur dès aujourd’hui: à l’achat de deux bouteilles des Vins Harmonies, on vous remettra un duo de verres à vin sans pied de la gamme Chartier Créateur d’harmonies.

, , , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Chartier sur les tablettes des IGA « Chartier «Créateur d'harmonies» - 09/30/2014

    […] Lire la suite : http://foodistaenmission.com/chartier-sur-les-tablettes-des-iga-des-aujourdhui/ […]

  2. Vino, vino, vino, j’te vois dans mon verre! | Foodista en mission - 03/26/2015

    […] de François Chartier, qui, après avoir présenté au grand public ses vins en SAQ puis dans les IGA du Québec, a développé une gamme de quatre vins pour le bon plaisir des clients du Château Frontenac. Il […]

Laisser un commentaire