Chic, chic Champlain!

Avez-vous eu l’occasion de faire un tour au Château Frontenac depuis la fin des rénovations? Si ce n’est pas le cas, je vous assure que cette sortie devrait figurer assez haut dans votre palmarès de places à découvrir ou à redécouvrir. Plus qu’un simple travail de façade ou un coup de peinture fraîche, le make-over royal de 75 millions de dollars a porté de bien splendides fruits.

À l’invitation de l’équipe du Château Frontenac, j’ai eu la chance de prendre place à l’intrigante « Table du roi », située sous les grands lustres du restaurant Champlain pour vivre l’expérience proposée aux clients occupant l’une de ces neuf places privilégiées. Au menu: traitement royal et aventure culinaire!

Grâce à un concept unique, le Château propose aux groupes de 6 à 9 personnes de se prêter à la dégustation d’un menu à l’aveugle, concocté par les bons soins du Chef Stéphane Modat qui en profite pour proposer des plats qui ne se trouvent pas à la carte régulière. Les préférences des convives sont toutefois prises en compte, puisque le Chef lui-même entre en contact avec les privilégiés afin de s’en informer et planifier le repas parfait en fonction de leur budget…

Que vous ayez une belle-famille à impressionner, un événement heureux à célébrer ou juste le goût de vivre la vie des gens riches et célèbres l’espace d’une soirée, impossible de ne pas craquer pour la formule. Chaque détail contribue au succès de la formule, de l’heure du cocktail au 1608 en passant par l’arrivée dans le Champlain. La salle à manger est bordée d’un imposant cellier à fromage et d’une phénoménale structure de laiton qui accueille des centaines de bouteilles sélectionnées avec soin, au milieu des œuvres d’art d’artistes québécois. Bref, tout concourt à communiquer une opulence confortable! Après le petit frémissement initial, on se sent vite à l’aise, l’équipe de service chaleureuse et l’ambiance somme toute décontractée jouant leur rôle respectif.

Bien que cela ne soit pas spécifique à la table des rois, je dois dire que les accessoires et le niveau de détail consenti au niveau de l’art de la table épatent au point de susciter les conversations. « Mais qu’est-ce que cela? » « Un moulin à poivre, sans doute! » « Est-ce du Alessi? » Du beurre finement disposé à côté d’une petite main de sel en passant par cette autre coupelle garnie de tranches de lime et de citron taillées à la perfection, aucun effort n’est épargné pour le bon plaisir des invités.

Pour sa part, cette princesse-ci a eu l’honneur d’un repas 6 services, dont la composition m’a semblé a priori audacieuse, avec trois services marins, suivi d’une protéine animale, d’un plat de fromage et d’un dessert, un charme pour la flexitarienne en moi. Détail intéressant, une variété ou une autre de champignon a fait son apparition dans pas moins de 4 des 6 services, faisant de ce menu un « Surf ‘n turf » où l’animal aurait cédé la place au musc et à l’umami des champignons, et cela, avec un tel doigté que même des clients plus réfractaires à ces ingrédients auraient sans doute été séduits.

D’un commun accord avec la délicieuse photographe culinaire Catherine Côté, je vous présente ici chacun de ces services avec quelques notes de dégustation. Et si vous n’y trouviez pas les arguments nécessaires pour réserver une soirée au plus beau Château d’Amérique du Nord, en voici cinq autres qui achèveront sans doute de vous convaincre:

1- Les clients du Château Frontenac bénéficient d’un stationnement intérieur gratuit, avec service de valet.

2- Grâce à la carte gratuite « Les Amis du Château« , destinée au résidents de Québec et du Québec, vous bénéficiez d’un 20% de rabais dans les restos et bars du Château et une foule d’autres avantages.

3- Les trois restaurants du Château offrent une variété de menus et d’ambiances pour toutes les bourses, alors si la table du roi ne convient pas, plusieurs formules méritent d’être explorées.

4- Tous les jeudi à compter d’hier, un maître fromager québécois vient présenter sa production au 1608 de 16h00 à 20h00. À cette occasion, vous pourrez profiter du spécial « 2 coupes de vin et une assiette de fromage » pour 26$.

5- Avec un DJ sur place les jeudi et vendredi, et le Père Noël tous les dimanche jusqu’à Noël (entre 10h00 et 13h0o), la programmation dynamique s’adresse tout aussi bien aux touristes de passage qu’à la clientèle locale, toute jeune, assez jeune et moins jeune, un véritable tour de force.

 

Huître et champagne

Présentation féérique pour cette huître Beausoleil, garnie d’une mousse au citron brûlé dont la délicatesse crée un écart bienvenu avec l’acidité des habituelles mignonnettes. Crédit photo: Catherine Côté

Chaud-froid de homard au coco

Une vieille technique, celle du chaud-froid, a été sorties des oubliettes pour rendre ici hommage au homard, servi en accord avec le Chardonnay de Chartier, un collaborateur de longue date de Stéphane Modat. Mon coup de coeur est ici allé aux garnitures, tantôt croquantes, tantôt salées: feuille de charcuterie frite, gel de betteraves jaunes, pacanes caramélisées, huile de paprika, et surtout, une intrigante petite poudre vert pimpant à la câpre. Crédit photo: Catherine Côté

Pavé de flétan aux morilles

Le flétan rougit presque ici devant la valse audacieuse et sensuelle des morilles, dont la saveur profonde mais bien maîtrisée chatouille encore ma mémoire gustative. Crédit photo: Catherine Côté

Cerf, jus et garnitures

Juste bien corsé, le jus du cerf lui a fait la cour à chaque instant. Et que dire de la crème de potimarrons aux chanterelles, de langoureuses saveurs automnales.

Croquette de 1608 et glace au babeurre

Ici aussi, la croquette s’est inclinée bien bas devant sa compagne de fortune: une crème glacée au babeurre garnie de copeaux de truffe noire. Divin en diable, comme on dit! Crédit photo: Catherine Côté

Dessert à l'érable

Le clairon de l’érable sonnant en renfort à l’heure du dessert, mon palais quelque peu saturé s’est particulièrement délecté du crémeux au chocolat dulce et de la crème glacée de lactaires (des champignons, au dessert!) au goût d’érable. Crédit photo: Catherine Côté

, , , , , , , , , , , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Vino, vino, vino, j’te vois dans mon verre! | Foodista en mission - 03/27/2015

    […] je vous ai déjà entretenu à la fois de cette démarche et du renouveau au Château Frontenac avec l’arrivée lumineuse de Chef Modat, je me permets d’aller droit à […]

  2. Made with love: tout un (cocktail) show | Foodista en mission - 06/10/2015

    […] des images de mixologues survoltés sur les réseaux sociaux ces derniers jours? Et pour cause: le Château Frontenac accueillait hier à Québec la finale régionale de la méga-compétition de mixologie Made with […]

Laisser un commentaire