Combattre la faim, une bouchée à la fois

Lundi soir, j’ai eu le très grand privilège d’assister à l’édition 2015 de La Grande Tablée, l’événement de financement annuel de la Tablée des Chefs, un enlevant repas gastronomique 6 services réalisé par 7 des plus grands esprits culinaires de Québec. Dans le décor enchanteur du Château Frontenac et avec des accords pensés par le sommelier Vincent Lafortune, on touchait déjà au paradis… Pour une bonne cause en plus? Mon doux Jésus!

Et c’est justement de la cause dont j’aimerais vous parler, en ponctuant le propos d’un survol de cette soirée gourmande hors du commun.

Mais la Tablée des chefs, c’est quoi?

Il s’agit d’une entreprise d’économie sociale portée à bout de bras par son directeur et fondateur, le missionnaire Jean-François Archambault. Je ne pense pas qu’il se décrive lui-même en tant que missionnaire, mais ça prend de la vision, de la foi et un amour inconditionnel envers l’humanité pour bâtir un mouvement comme le sien. Sa mission: combattre la faim au Québec. Rien de moins. Ses fers de lance: un service de courtage alimentaire qui permet la récupération planifiée de surplus alimentaires en vue d’une redistribution stratégique aux gens qui ont faim, et un programme d’éducation culinaire dans les écoles et les centres jeunesse du Québec.

IMG_7727

Tout en élégance, la première entrée, du Chef Mathieu Brisson (Le clocher penché) laissait flotter avec délicatesse les parfums marins des Îles-de-la-Madeleine grâce à la fraîcheur des pétoncles apprêtés simplement.

Du courtage… alimentaire?

Selon le Larousse, le courtage est une opération qui consiste à mettre en relation deux personnes qui désirent contracter. Dans le cas de la Tablée des Chefs, l’idée est de faire en sorte que les surplus alimentaires d’entreprises (œuvrant dans le domaine de la restauration et de l’hôtellerie, mais pas que…) disposent d’une alternative au gaspillage alimentaire. Plutôt que de jeter, les chefs emballent les surplus dans des contenants prévus à cette fin et la Tablée s’occupe de les redistribuer (en collaboration avec Moisson Québec) aux organismes qui en font la demande. À titre indicatif, les surplus de la Grande Tablée (on parle de haute gastronomie, là!) ont été acheminés aux jeunes de la Maison Dauphine. Écologique et humainement responsable, que demander de mieux?

Que le service soit mieux connu et que toutes les entreprises qui se retrouvent avec des « restes significatifs » fassent la démarche pour s’assurer que la nourriture ne se retrouve pas à la poubelle mais dans le ventre de gens qui ont faim… Et si jamais vous vous demandiez dans quelle mesure cela tient la route au Québec: ils auraient été 400 000 à bénéficier des efforts de collectes de la Tablée des Chefs au courant de la dernière année. Pour en apprendre plus, c’est par ici!

IMG_7728

Dans cette caractérielle assiette d’Émile Tremblay (Légende par la Tanière), le cerf rouge des Appalaches a été imaginé rehaussé de l’umami de l’omble fumé et de la pointe d’amertume des choux de Bruxelles.

Les Brigades culinaires

60 écoles au Québec ont bénéficié de l’animation culinaire offerte par 75 chefs au travers de 24 ateliers théoriques et pratiques. Le concept? Aider des jeunes évoluant dans des milieux majoritairement défavorisés à développer leurs connaissances en alimentation et le savoir-faire culinaire afin de développer sur autonomie alimentaire, un peu comme le cours d’économie familiale de jadis… Parce qu’en 2015, plus que jamais, les jeunes qui ont grandi dans des familles où on ne cuisine pas (faute de temps pour certaines, faute de moyens et de savoirs pour d’autres) sont en quelque sorte « défavorisés » au point de ne pas maîtriser une notion aussi élémentaire que le savoir-se-nourrir-soi-même.

IMG_7731

Les Chefs Stéphane Modat et Baptiste Peupion ont régalé les participants de la Grande Tablée avec leur magret de canard farci au foie gras et à la truffe, servi sur une purée de panais fumée.

La semaine des Écoles Hôtelières du Québec

Un autre événement majeur au calendrier de la Tablée des Chefs, cette initiative vise à sensibiliser les étudiants en restauration au dossier de la sécurité alimentaire et pour ce faire, on les invite… à passer aux fourneaux. 800 d’entre eux confectionnent en une semaine 100 000 portions qui sont par la suite redistribuées aux gens qui en ont besoin partout au Québec. Ça fait 125 repas par étudiant, une petite quantité à l’aune de tout ceux qu’ils prépareront tout au long de leur carrière, mais un effort de mobilisation massif qui donne une bonne idée de l’échelle à laquelle la Tablée opère.

IMG_7729

Qualifié de « pré-dessert » au menu, ce « cheese course » très classe de Guillaume St-Pierre déployait autour de la mousse de chèvre des neiges des notes d’agrume (kumquats, svp!), de camomille et de poivre long.

Mettre la main à la pâte

Une entreprise incroyable avec une mission sociale épatante, la Tablée des Chefs ne devrait pas avoir besoin d’un événement bénéfice comme la Grande Tablée pour fonctionner, mais pour voir les choses sous un angle positif, elle a clairement réussi à fédérer plusieurs joueurs de l’industrie alimentaire, des géants, comme Sobeys Québec (ou devrait-on parler davantage du groupe IGA?), des succès d’estime, comme Chocolat Favoris, des intemporels, comme Le Creuset… Presque tous les produits cuisinés pour le souper gastronomique avaient été offerts en commandite afin de maximiser les revenus et les Chefs eux-mêmes ont offert leur temps, leur créativité, leur force de travail bénévolement.

Vous n’avez peut-être pas eu la chance de participer, mais la Tablée des Chefs offre plusieurs façons de s’impliquer à titre individuel ou corporatif, alors si la sa mission vous touche, je vous invite à visiter son site web afin d’apprendre comment mettre, vous aussi, la main à la pâte!

IMG_7730

Cette impeccable demi-sphère au chocolat Valrhona présentée par Éric Lessard pour le St-Amour a fait le bonheur de toutes les dents sucrées en présence…

Merci à Brouillard communication pour l’invitation et la chance d’en apprendre plus sur la Tablée des Chefs!

, , , , , , , , , , ,

3 Responses to Combattre la faim, une bouchée à la fois

  1. Francois 10/28/2015 at 11:22 #

    Un erreur c’est glissée dans le text…..la première entrée qui a été préparée par Martin Brisson, nous ne devrions pas lire Mathieu à la place….

    • Foodista 10/28/2015 at 12:04 #

      Évidemment! Merci pour votre vigilance! La coquille a été corrigée.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Chef Cannelle en colonie de vacances | Foodista en mission - 07/11/2016

    […] la belle saison à une cause qui me tient beaucoup à cœur en répondant à l’appel de La Tablée des Chefs qui cherchait à combler un poste de spécialiste de cuisine à la Base de plein air Bon Départ, […]

Laisser un commentaire