Crobeign: une irrésistible paillardise

(Cet article a été publié pour la première fois sur le blog 180 degrés le 7 août 2013.)

Il a fait courir les New Yorkais! Il a séduit les Montréalais! Coqueluche de l’heure, le CRONUT débarque à Québec grâce à Paillard sous la marque de commerce déposée « Crobeign. »

Mi-beigne, mi-croissant, cette pâtisserie remplie de crème pâtissière se distingue par son allure bon enfant qui cache de véritables prouesses techniques. On parlerait même d’un casse-tête pour tous les pâtissiers qui ont décidé d’emboîter le pas à la Grosse Pomme.

 

 Le glaçage robe bonbon annonce les couleurs du Crobeign festif de chez Paillard!

Voilà une image qui donne tout son sens au mot « foodporn »…

 

C’est que, voyez-vous, la recette originale est un secret bien gardé! Se lancer dans la production de cette pâtisserie implique un long processus de recherche et de développement afin d’obtenir une texture feuilletée sans être sèche, qui résiste à la friture et permet d’accueillir en son sein la garniture aromatisée sans s’effondrer ou exploser!

Sous la supervision du Chef pâtissier Sébastien Bonnefis, c’est le tourier Stéphane Coste qui s’est vu confier la rétro-ingénerie du célèbre CRONUT… sans y avoir jamais goûté! Après plusieurs tentatives infructueuses de former une pâte à croissant au beurre classique en beignet, Stéphane a ensuite puisé à même ses racines françaises. S’inspirant de la bugne feuilletée de son grand-père et de la spécialité toulousaine appelée « fouace« , il a fini par craquer le code.

 

 Le tourier Stéphane Coste explique aux blogueurs en présence le processus

de fabrication des Crobeigns… Nul ne le connaît mieux que lui: il l’a développé!

 

 Chef Bonnefis a tenu à servir lui-même les appétissantes roulettes

dorées sous le regard épaté des enfants.

 

J’ai eu la chance de déguster le Crobeign de chez Paillard en primeur. Je suis convaincue que cette friandise a tout pour ravir votre cœur d’enfant et vos papilles d’adultes. Bien balancé malgré l’apparent sacrilège sur le plan nutritionnel, il offre une texture mi-craquante mi-moelleuse. Le sucré-acidulé de la saveur du mois (fraise rhubarbe) offre un contrepoint désirable à une « paillardise » aussi riche.

Rien n’a été laissé au hasard pour séduire une clientèle habituée au raffinement et à l’élégance de la maison Paillard: les beignes sont frits à l’huile de pépin de raisins (résistante à la chaleur, elle ne laisse aucun arrière-goût indésirable), puis roulés dans le sucre d’érable alors qu’ils sont encore chauds. Puisque le Crobeign s’accommode mal d’une réfrigération, une crème pâtissière pouvant être gardée à la température de la pièce a aussi été développée.

 Avant l’assaut…

et pendant…

 

Parmi les foodies et blogueurs en présence, la co-propriétaire de Nutra-Fruit, Yolande Kougioumoutzakis, en était à sa deuxième expérience de CRONUT, puisqu’elle a eu la chance de goûter à la version originale à New York. Le verdict? Le Crobeign de chez Paillard, quoique plus petit, accote voire dépasse peut-être son grand frère auréolé de gloire.

Il ne vous reste plus qu’à tenter l’expérience Crobeign pour vous forger votre propre opinion, mais ne tardez pas trop: les défis de fabrication forceront Paillard à limiter le nombre d’unités produites… Il y a fort à parier que les Crobeigns feront – eux aussi – courir les foules à Québec!

 

Le Crobeign en chiffres

– 4$ (prix à l’unité)

– 50 premiers (Crobeigns qui seront mis en vente au grand public le jeudi 8 août à 11h00)

– 1 (mois de recherche et développement)

– 15 (nombre de tentatives pour en arriver au produit final)

– 81 (nombre de couches de pâte feuilletée dans 1 Crobeign)

– 8x (prix de l’huile de pépins de raison comparé à celui des huiles habituellement utilisées pour la friture)

– 100% jouissif (mais ça, ce n’est pas objectif! 🙂

– 450 (nombre approximatif de calories!?!)

 

 Véritable supplice de tantale que ce plateau plein à craquer!

Pas facile, la vie d’enfants de blogueurs foodies! 😉

La curiosité l’a finalement emporté sur la discipline une fraction de seconde…

Et c’est ma photo préférée. Je ne crois pas que j’aurais été capable

de résister moi non plus!

Si vous avez aimé ce billet, vous aimerez certainement le prochain! Pourquoi ne pas vous abonner à ma page Facebook ou à mon compte Twitter? Au plaisir de vous y retrouver et d’échanger avec vous!

, , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire