Le bonheur est dans le Marché

J’ai eu le très grand privilège de grandir non loin d’un marché public. En fait, pour être plus exacte, le marché était même plus proche de ma maison que l’épicerie. Il ne serait pas exagéré de dire que c’est en grande partie de là que me vient mon amour viscéral pour les produits du terroir et un respect sans limite pour le travail des producteurs.

Mais voilà, les habitudes de consommation changeant avec l’époque, les marchés n’occupent plus la place qu’ils avaient jadis dans les pratiques alimentaires des consommateurs, un peu tassés par les grosses épiceries ouvertes 7 jours sur 7 du petit matin jusque tard le soir. Dans un contexte où les citoyens urbains sont plus coupés que jamais de la terre qui les nourrit, on ne dira jamais assez que la pertinence des marchés demeure entière!

Il y a environ deux ans, le Marché Public de Drummondville a enclenché – comme plusieurs – un processus de réflexion et commencé à se transformer afin de mieux répondre aux attentes des consommateurs. L’espace a été repensé par la designer Annie Doucet, qui a décloisonné les kiosques et leur a donné un flair urbain grâce à l’utilisation de la lumière, de quoi inviter tous les épicuriens à venir découvrir l’espace. En parallèle, les jours d’ouverture ont été étendus, un compromis de la part des producteurs qui doivent à la fois passer du temps « au champ » et être présents au marché pour les jeunes familles à l’horaire surchargé.

Absolu, l’entreprise qui accompagne cette transition, a aussi décidé de développer la présence du marché sur les réseaux sociaux et les activités gourmandes « grand public. » J’ai d’ailleurs eu le grand bonheur d’être invitée au premier atelier de la série, présenté par Bob le Chef le samedi 14 février.

Peu après sa prestation, j’ai eu l’occasion de lui poser quelques questions sur son passage au Marché Public de Drummondville, qui semble avoir fait forte impression, malgré le fait que le chef ait déjà ses habitudes au célèbre marché Jean-Talon de Montréal. « J’ai eu la chance de faire le tour en arrivant et j’ai été frappé par la qualité de l’offre hyper-locale. Ici, les consommateurs peuvent vraiment rencontrer et échanger avec des producteurs qui ont une connaissance intime de leurs produits, de vrais spécialistes. Je pense que ça contribue à démocratiser le bien-manger pour les gens ordinaires. C’est une super façon de découvrir : impossible de ne pas avoir l’eau à la bouche en marchant dans les allées.»

Bob le Chef au Marché Public de Drummondville

Bob le Chef a profité de son passage au Marché pour partager 5 recettes faciles à partir de l’offre des producteurs locaux sous l’oeil attentif des visiteurs.

Et pour tout dire, j’abonde tout à fait dans le même sens que Bob le Chef! Juste en faisant le tour « des petits nouveaux » commerçants du Marché Public de Drummondville, j’ai eu le sentiment de plonger totalement dans le terroir de la région.

Voici un survol de mes coups de cœur gourmands!

Oliva

PME fondée en 2009 par Marc Dumaresq, Oliva s’est installée au Marché Public de Drummondville en mai 2014 pour y offrir sa sélection d’olives farcies avec amour et ses mélanges de noix aromatisées maison. Le propriétaire se fait un point d’honneur de mentionner que ses produits sont plus « santé » que les produits commerciaux, notamment parce qu’il prend le temps de dessaler les olives crues qui lui arrivent en saumure, et de contrôler la quantité de sel ajouté à ses recettes de noix, jusqu’à 10 fois moins que les équivalents industriels.

Au total et selon les saisons, Oliva propose une cinquantaine de variétés, des plus classiques (à l’ail, aux amandes) aux plus originales, chorizo épicé, cornichon (mon coup de cœur!), bleu ou chèvre, en passant par les raffinées (tomate séchée, marinées aux agrumes, au saumon fumé). Il est aussi possible de s’y procurer de l’huile d’olive en vrac, pour une fraction du prix typique.

La cerise sur le sundae – ou plutôt, l’olive dans le martini – c’est qu’Oliva dispose d’une politique d’éco-responsabilité visant à éliminer le gaspillage et le suremballage. Ainsi, les clients ont droit à un rabais s’ils amènent leurs propres contenants pour acheter des noix ou des olives.

Marc Dumaresq d'Oliva

Avec ses olives farcies et ses noix aromatisées, Marc Dumaresq espère un jour dépasser les frontières de sa région et se développer ailleurs au Québec.

Ferme Dominic Girard

Dominic Girard est éleveur de veau de grain depuis pas moins de 22 ans, mais ce n’est que tout récemment qu’il a décidé d’offrir sa viande directement aux consommateurs grâce à un kiosque au Marché Public. Tandis que 34 veaux prennent la direction de l’abattoir et sont revendus par son distributeur à chaque semaine, le 35ième – le plus beau – est destiné aux privilégiés qui viennent le visiter directement pour obtenir un excellent tarif découlant de l’élimination des intermédiaires entre la ferme et la table.

« L’élevage des veaux de grains est très normé. En tant qu’éleveur, je dois respecter une certaine diète prescrite par l’association, je n’utilise pas d’antibiotiques ou d’hormones de croissance. La couleur de la viande de mes veaux est évaluée à l’abattage et elle doit se trouver dans un certain spectre qui garantit sa qualité. »

Dominic Girard apprécie sa nouvelle expérience en tant que commerçant, car elle lui permet d’être en contact direct avec les consommateurs et d’aider à faire connaître son produit. « Les gens plus âgés, qui ont goûté au veau il y a vingt ans, ont une image parfois négative du produit, qui était élevé au fourrage et qui n’avait pas les qualités gustatives d’aujourd’hui. C’est ma chance de leur faire goûter et de leur montrer que cette viande tendre et peu grasse a tout pour plaire sur leur table! »

La Ferme Dominic Girard

Saucisses de veau et brochette marinées sont offertes à la dégustation. Dominic Girard croit qu’en faisant goûter son produit, il arrivera à changer la manière dont certains consommateurs perçoivent le veau de grain.

Marchand de poissons

Lancé en 2006 avec un premier point de vente au Marché Godefroy, le Marchand de poisson s’est tout de suite démarqué en offrant en saison des poissons fraîchement pêchés au Lac St-Pierre et une sélection de produits transformés, dont leur fameux poisson fumé au bois d’érable.

Lorsqu’un espace s’est libéré au Marché Public de Drummondville en juillet 2014, c’est la nièce de la propriétaire fondatrice, une jeune et dynamique jeune femme du nom d’Émilie, qui a décidé de prendre cet aspect du projet à bras le corps et de venir représenter les produis de l’entreprise familiale, fondée par Louise Gouin et Nolin Savard.

La règle qui encadre leur approvisionnement est très claire : achat aussi local que possible. En saison (de mai à septembre), doré du Lac St-Pierre, barbu fumé, esturgeon et écrevisses sont à l’honneur. Des poissons et fruits de mer tels que la morue canadienne, la merluche, les pétoncles et le saumon de l’Atlantique viennent compléter cette offre à l’année longue. Cependant, l’entreprise a décidé de ne pas s’arrêter là et offre, pour le plus grand bonheur des amoureux de la mer, une très belle sélection de produits transformés gourmands : pâtés, salades et mousses…

« En fait, souligne Émilie, on développe constamment de nouveaux mets selon la demande. En ce moment, notre gravlax est très populaire (délicieux, en passant!), tout comme nos pépites de saumon à l’érable. Les gens veulent bien manger et nous sommes toujours prêts à développer de nouveaux produits pour satisfaire leur envie de poisson! »

Émilie du Marchand du Poisson

Impossible de résister à ce délicat gravlax! Attention, tous les produits sont frais au Marchand de poissons et si vous passez en fin de journée, il est possible que votre produit préféré ait été entièrement écoulé… Une bonne raison pour faire vos courses le matin!

Riparia

Riparia, c’est le nom d’une vigne indigène au Québec qui produit de très petits raisins avec beaucoup de pépins et qui pousse souvent le long des rivages. C’est aussi le nom de l’entreprise de Monsieur Rémi Martel, qui possède un vignoble certifié pour la culture artisanale de cette vigne à St-Wenceslas.

Après avoir planté le nombre de vignes recommandé en 2008, Rémi a commencé en 2010 la production de deux vins rouges au caractère unique : le Riparia (fait à 100% de vignes sauvages, très fruité) et le Clos des Bruants, un assemblage de vigne indigène, de merlot et de sabrevois.

Ce dernier vin doit son nom à la présence, sur son vignoble, d’une importante communauté de pinsons (les fameux bruants) qui offrent une méthode de contrôle naturel des insectes. « Lorsque je suis absolument obligé de traiter un secteur du vignoble, je m’assure de contourner les nids afin de garder une relation de bon voisinage avec eux. Après ça, c’est certain qu’avec la quarantaine d’espèces d’oiseaux qui passent sur mon vignoble à chaque année, certains ont beaucoup d’intérêt pour mon raisin, mais ça fait partie de la vie. »

Bien que l’essentiel de sa production de riparia soit destiné à la vinification (une très petite production de 700 à 900 bouteilles selon l’année), Rémi et une pâtissière du secteur, Jacynthe Bellefeuille, en font aussi la transformation vers d’autres produits, comme une savoureuse gelée de raisin sauvage et une délicieuse pâte de fruits inspirée de la recette française.

Le rêve de Rémi est simple : d’arriver à faire connaître suffisamment sa production pour attirer les acheteurs directement sur son vignoble. « Tant qu’à faire, j’ai aussi commencé à poser de la signalisation ornithologique. »

Rémi de Riparia

Pour Rémi, une vente commence souvent par un exposé sur le riparia et une dégustation de ses produits, histoire de partager sa passion pour son terroir et de mettre les clients en confiance face à la nouveauté!

En conclusion

Pour rencontrer ces producteurs et plusieurs autres, tout aussi intéressants, c’est facile! Vous n’avez qu’à vous présenter au Marché Public de Drummondville! Et n’oubliez pas d’aimer la page du Marché sur Facebook!

445 Rue Saint-Jean, Drummondville, QC J2B 5L7
(819) 472-7123

HEURES D’OUVERTURE
Marchands intérieurs (Toute l’année)
Vendredi : 7h à 18h
Samedi : 9h à 16h

Marchands extérieurs seulement (Du début mai à la fin octobre)
Mardi: 7h à 13h
Vendredi : 7h à 18h
Samedi : 9h à 16h

Ce billet a été réalisé en collaboration avec le Marché Public de Drummondville.

IMG_3317

, , , , , , , , , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire