Le Ket’Chose: une buvette de trop?

À une autre époque, dirait-on, l’Affaire est Ketchup avait revisité le paradigme de l’ouverture de restaurant avec une approche ultra-minimaliste: après tout, si on a un chef, un fourneau et un bon couteau, ne peut-on pas dire qu’on a déjà l’essentiel? Depuis, les restaurateurs pirates ont élargi leur empire, toujours avec plus ou moins la même approche, ne s’en écartant que pour travailler avec le vétéran Benoit Poliquin pour lancer Albacore.

La dernière adresse du groupe a aussi été la plus bohème, d’une certaine manière. Après avoir racheté Chez Fratelli et brièvement maintenu la vocation, la Chef Karine Jacques a pris le flambeau avec le concept Déli de Fuite qui ne s’est finalement jamais pleinement concrétisé. Une restructuration plus tard, Chef Baptiste Creveuil a pris le relais des fourneaux dans un concept de buvette baptisé Le Ket’Chose, en tandem avec Sébastien Forest en salle. Le décor, lui, demeure le même.

À l’ardoise, une dizaine de plats dits « à partager » oscillant entre 14 et 21$ (on recommande de sélectionner 3 assiettes pour 2 personnes), du vin en importation privée et en rotation rapide, dont une sélection de vins au verre… En gros, c’est ça. On fait vite le tour. Avec une identité diffuse, une approche ultra-relaxe, même dans les standards de l’Affaire, un nom qui se veut désopilant mais qui au final, n’inspire pas grand chose… Est-ce que le Ket’Chose a vraiment quelque chose à offrir?

À mon sens, il n’y a qu’une manière de répondre à cette question et c’est de s’intéresser à ce qui compte « vraiment » dans ce modèle: la cuisine. J’avais déjà entendu parler très chaleureusement des talents de cuisinier et de pâtissier de Baptiste, alors j’étais à la base plutôt contente qu’il prenne possession d’une cuisine qu’il pourrait appeler la sienne. Et je dois dire que je n’ai absolument pas été déçue!

D’emblée, Baptiste a été très honnête avec moi: « Au fond, je ne sais même pas ce que c’est une buvette. C’est juste un nom. Ce que je veux faire, c’est de la bonne cuisine et oui, j’aime l’idée qu’elle se partage. »

Le premier plat qu’il m’a servi, un duo de pétoncles poêlés et cuisses de grenouille sur une purée de pois verts, rehaussé d’un beurre blanc aux herbes, m’a semblé généreux et bien balancé. Bien que sans flafla, l’effort dans les détails (le fait de désosser les cuisses de grenouille, la tuile de parmesan) m’a aussi évoqué la délicatesse toute française du chef. Ni trop classique, ni trop innovante, cette assiette s’est laissée dévorer avec un plaisir déconcertant en accord avec une coupe de NoLem, un blanc vif très agréable.

Sa deuxième création, un raviole géant farci d’un embeurré de chou au flanc de porc, était recouvert d’une quantité indécente d’espuma crémeux au parmesan et de larges copeaux du même fromage. Impossible, pourtant, de s’en formaliser: j’ai tout boulotté, jusqu’à la dernière goutte de sauce. Ici encore, cette impression de réconfort et de facilité qui fait oublier tout le reste.

En guise de troisième service et de clou du spectacle: le dessert! Baptiste venait de finaliser une toute nouvelle création pour sa carte, une dacquoise aux noisettes, couronnée d’une ganache au chocolat noir, de tuiles de chocolat et de cubes de parfait maison, ô si parfaitement onctueux. De taille fort respectable, ce dessert aurait très bien pu être partagé mais j’étais trop contente de tout pouvoir garder pour moi. En dépit de sa richesse, il trouvait un équilibre magique avec l’amertume du chocolat et la torréfaction des noix. Proposé en accord avec une liqueur de châtaigne, c’était difficile à battre. En fait, j’avoue, j’en suis obsédée.

Mon verdict? Le Ket’Chose a l’essentiel: il a Baptiste. J’ai bien hâte de voir comment il mettra à sa main sa buvette de quartier, car je suis d’avis qu’il a le talent nécessaire pour en faire sa propre chose et pas juste le frangin marginal de l’Affaire.

Merci à l’équipe du Ket’Chose qui m’a fait essayer quelques plats en échange de mon opinion honnête.

, , , , , ,

2 Responses to Le Ket’Chose: une buvette de trop?

  1. Fanny Côté 02/15/2018 at 9:59 #

    Ça donne le goût!

    • Foodista 02/16/2018 at 3:44 #

      C’est tout à fait ton genre de bouffe!

Laisser un commentaire