Levez les voiles vers le Brigantin!

(Cet article a été publié pour la première fois sur le blog 180 degrés le 11 août 2013.)

C’est par un samedi soir venteux mais ensoleillé que mon amoureux et moi avons mis le cap vers le Brigantin dans le cadre de ma collaboration avec le site Tonresto.ca. L’établissement, ouvert depuis plus d’une douzaine d’années, donne sur la sculpture fontaine de la Place FAO, coin Sault-au-Matelot et St-Paul. Si cette oeuvre évoque la proue d’un navire englouti, le Brigantin – lui – ne donnait en rien l’impression d’un bateau qui prend l’eau avec sa terrasse pleine à craquer et sa salle tout aussi animée.

 

 Emplacement parfait que la Place FAO pour un restaurant dont le nom évoque

un petit voilier à deux mats! La sculpture et l’établissement sont d’ailleurs immortalisés sur le menu.

 

Un bistro sans prétention dans un quartier hautement touristique, l’établissement n’avait jamais capté mon attention jusqu’ici. Pourtant, ayant vécu toute ma jeunesse sur la rue St-Pierre, qui donne aussi sur la Place FAO, j’aurais dû me douter mieux que quiconque que pareille table ne saurait perdurer sans avoir quelque chose à offrir à la clientèle locale. Il ne restait plus qu’à tester ma théorie!

Planchers à gros carreaux noirs et blancs, nappes carrelées dans le bleu foncé, œuvres d’art colorées sur les murs, la salle à manger d’une quarantaine de places offre le confort qu’on attend de ce genre de lieu… coutellerie rustique et protège-nappe en papier brun inclus.

 

 

 

C’est en sirotant des cocktails maison rudimentaires que les serveurs nous ont accordé un peu de temps pour considérer le menu. En plus d’une spécialité de pâtes et de pizzas, le Brigantin offre une sélection serrée d’assiettes chaudes qui couvrent toutes les bases. La table d’hôte est très avantageuse par rapport au menu à la carte, en proposait un échantillonnage stratégique et ce, à prix nettement moindre. Pour 25 dollars, un mangeur affamé obtient un choix d’entrée, un potage du jour et le plat principal. Le forfait pour deux double la mise en proposant en plus bouteille de vin, dessert du jour et thé ou café pour 80 dollars. Pas mal du tout pour le secteur, tant et aussi longtemps que le menu livre ses promesses!

 

 Notre vin en table d’hôte s’est laissé boire comme de l’eau, sans polémique aucune.

Si vous êtes de ceux qui traquent les bouteilles pas chères mais correctes, sachez que

celui-ci est en vente à 12$ à la SAQ.

 

« À l’abordage! », nous sommes-nous écriés en plongeant dans nos assiettes. Les entrées ont fait bonne impression, en particulier le tartare aux deux saumons servi sur une salade de pommes de terre énergisant le concept. Le potage a surpris par la justesse de son assaisonnement et le pain, par sa qualité. Sans conteste, la vedette du repas a été  l’assiette de mon compagnon de voyage: deux cuisses confites à la perfection, servies sur un lit de spaghetti et une tombée de légumes croustillants. L’assiette plus que généreuse bénéficiait aussi d’une sauce un brin sucrée qui donnait le goût d’y revenir encore et encore. « Je serais venu jusqu’ici en barque pour manger ça, » a blagué mon amoureux comblé.

 

 Savoureux, le tartare ne souffrait que d’une petite faille! Bien que jolies,

les tranches de gingembre roses n’avaient rien de bon à amener.

 La présentation originale du saumon style Tao séduit, quoiqu’on

puisse quand même s’interroger sur la fusion sino-canadienne-tex-mex qui en résulte.

Fondante et goûteuses sans pécher par excès de sel, ces cuisses étaient succulentes.

Comble du bonheur: il y en a eu assez pour faire petit-ménage allègrement.

 

Seule déception du repas: la pizza au porc BBQ effiloché. Après m’être assurée qu’une substitution pour une autre pizza était impossible, j’avais de hautes attente qui ont été un peu flouées par ces morceaux de côtelette un peu raides.

 La pâte un brin pâteuse (quoique bien aromatisée) n’a pas su séduire non plus.

Par ailleurs généreuse et bien garnie, cette pizza obtient quand même la note de passage.

 

M’enfin. Selon les deux dames qui mangeaient juste à côté de nous – Bonjour, Céline et Monique! -, je n’avais que moi à blâmer de ne pas avoir opté pour un vrai repas d’adultes, comme la bavette bien tendre ou encore, l’assiette de fruits de mer. De Chicoutimi, l’une d’elle m’a assurée avoir fait du Brigantin sont port d’attache lors de ses visites à Québec et n’avoir jamais vécu la moindre déception.

Notre serveur a trimé dur pour nous convaincre que nous avions encore de la place pour le dessert, une étrange juxtaposition de tarte au sucre aux noisettes, de gâteau au fromage et de mousse aux fruits. Nous lui avons finalement donné raison en gobant jusqu’à la dernière miette pralinée.

Snobisme mis en cale, ce souper au Brigantin a été des plus agréables. La nourriture bien assaisonnée s’est avérée une belle surprise, mais c’est aussi le bon rapport qualité-prix qui nous donnerait le goût d’y retourner. À essayer l’été pour la terrasse, mais aussi en hiver, afin que ce petit trésor du Vieux-Port navigue encore et encore.

 Selon Balou, l’un des serveurs, la modeste brigade sert jusqu’à 140 clients

par une belle soirée d’été.

J’ai pris cette photo de ma place, juste avant de partir.

Bonne nuit et bons vents!

 

Cet article est rendu possible grâce à la contribution de tonresto.ca, le guide des restaurants à Québec.

 


Si vous avez aimé ce billet, vous aimerez certainement le prochain! Pourquoi ne pas vous abonner à ma page Facebook ou à mon compte Twitter? Au plaisir de vous y retrouver et d’échanger avec vous!

, , , ,

One Response to Levez les voiles vers le Brigantin!

  1. morue trans 05/29/2014 at 12:39 #

    Encore un poste visiblement passionnant

Laisser un commentaire